Trajectoires pétrolières

Trajectoires pétrolières est le résultat de la résidence de création Projet Rioux effectuée en duo avec Marianne Papillon dans le cadre de la programmation 2015 de Arte Tracto. Les artistes étaient invités à créer des oeuvres sur l’importance du Saint-Laurent sous la thématique Imaginer le territoire, proposée par le directeur artistique Pierre-Étienne Lessard. La résidence s’est déroulée du 26 juillet au 2 août à la Maison Rioux dans le Parc du Bic (Québec, Canada).

Deux installations multidisciplinaires traitant de l’univers pétrolier maritime ont été réalisées. Composées de vidéos d’art numérique, de fils tendus et d’instruments océanographiques, ces installations proposaient des interprétations artistiques de produits scientifiques relatifs au trafic de navires-citernes et à la dispersion de polluants dans le Saint-Laurent. Le résultat se situait à mi-chemin entre la subjectivité artistique et l’objectivité scientifique.

Trajectoires pétrolières I

La première salle plongeait le visiteur dans un univers sous-marin. La pièce était sombre et parée d’un intriguant instrument servant à mesurer la turbulence des confins océaniques. Un tissage se profilait au plafond, réalisé avec le câble servant à déployer cet instrument en mer.  Enfin, le coffre de l’instrument faisait guise de banc et invitait l’observateur à visionner une vidéo d’art sur écran noir.

Profileur de turbulence océanique. (Photo: Marianne Papillon)

Salle 1 (détail): Profileur de turbulence océanique. (Photo: Papillon-Bourgault)

Installation de la salle I. Profileur de turbulence, fils tendus au plafond, boite, écran. (Photo: Marianne Papillon).

Salle 1: Profileur de turbulence, coffre, câble tendu et écran noir. (Photo: Papillon-Bourgault).

La première partie de cette vidéo montrait le résultat de simulations numériques de fuites de fluides plus ou moins légers éjectés à partir du fond marin. On pouvait y admirer les volutes turbulentes ainsi générées et l’étalement horizontal qui s’ensuivait, en surface ou entre les eaux selon les conditions simulées. Bien que rendu de manière artistique, ces simulations respectaient les lois de la mécanique des fluides ainsi que les conditions environnementales estivales du golfe du Saint-Laurent.

Salle 1: Profileur de turbulence océanique, câble tendu, coffre, vidéo. (Photo: G. Winkler)

Le câble tendu et enchevêtré au plafond évoquait les trajectoires de pétroliers en surface. Cet entrelacement servait aussi de support à la projection, lui donnant un certain effet tri-dimensionnel surprenant et envoûtant. Accompagnées d’une musique sensuelle, les couleurs lumineuses et féminines de ces gracieuses nuées sur fond noir détonnaient de la représentation habituelle des déversements pétroliers. Le spectateur vivait une ambivalence d’interprétation, entre l’enchantement devant la turbulence des fluides et le dégoût face à une fuite de pétrole.

Dans la deuxième partie de la vidéo, s’ajoutait le passage de navires commerciaux en stop motion et les bruits sous-marins qu’ils engendrent, stimuli créant un contraste fort avec l’ambiance transcendante établie. Le spectateur vivait une expérience audio-visuelle submersive en lien avec l’activité industrielle en mer. Ces images et ces sons sous-marins ont été extraits de la publication scientifique suivante: Monitoring ship noise to assess the impact of coastal developments on marine mammals (Merchant et coll., 2014).

Un court extrait filmé live de la projection de la salle 1 

La vidéo intégrale de la salle 1 

Le câble tendu au plafond se poursuivait jusqu’à la deuxième salle, invitant le spectateur à découvrir la suite de la trajectoire du pétrole à travers le Saint-Laurent.

Trajectoires pétrolières II

La deuxième salle, plus lumineuse, évoquait la surface de l’océan. Elle était parée de cartes marines dénaturées, d’instruments océanographiques et d’une projection vidéo sur fils tendus.

Salle 2 (détail): Filet à zooplancton et cartes marines. (Photo: Papillon-Bourgault).

De la corde à filet de pêche, tendue d’un clou à l’autre sur une grande murale noire, représentait la densité du trafic de navires-citernes dans le Saint-Laurent. Elle a été posé en résidence à l’aide du public selon les observations scientifiques présentées dans le document Canadian year-round shipping atlas for 2013 (Simard et coll., 2013). Ainsi, un fil vert représentait le passage d’environ 5 navires-citernes par an, un fil doré 50 et un fil blanc environ 150.

Salle 2: Murale de fils tendus, filet à zooplancton, cartes marines et vidéo. (Photo: Papillon-Bourgault)

Salle 2: Murale de fils tendus, filet à zooplancton, treuil, cartes marines et projection vidéo. (Photo: Papillon-Bourgault)

Détails de la murale en fils tendus (Photo: Papillon-Bourgault)

Salle 2: Détail de la murale en fils tendus (Photo: Papillon-Bourgault)

 

Voyez ici Marianne commenter la murale 

Une vidéo d’art projetée sur cette murale montrait la dispersion de substances flottantes qui seraient relâchées, en continu et simultanément pendant une année, aux sites de Cacouna, Belledune et Old Harry; ces sites étant sujets à des projets de développement pétrolier d’envergure (terminal de transbordement ou plateforme de forage). Bien qu’il soit improbable que des déversements aigus se produisent simultanément à ces trois endroits, cette vidéo illustre, de façon artistique mais réaliste, la dispersion de polluants déversés par les opérations de routine associées à de telles infrastructures (pollution chronique). Ici encore, le visiteur était paradoxalement bercé par la beauté pulsatile de ces écoulements colorés tout en prenant connaissance des risques actuels et éventuellement possibles.

Version filmée de la vidéo de la salle 2 telle que projetée sur la murale 

La vidéo de base de la salle 2 

Autres lieux de diffusion

Mouvements pétroliers : Il s’agit d’une adaptation de Trajectoires pétrolières II avec projection et oeuvre de fils tendus qui a été exposée du 26 septembre au 30 octobre 2015 à l’aéroport des Îles-de-la-Madeleine dans l’espace Colis suspect du centre d’artistes en art actuel AdMare.

IMG_4371

Espace Colis suspect à l’aéroport des Îles-de-la-Madeleine. La projection et l’oeuvre de fils tendus sont à l’intérieur de l’habitacle noir.

IMG_4404

L’oeuvre de fils tendus et la projection que l’on peut voir à l’intérieur de l’habitacle.

 

Non à une marée noire dans le Saint-Laurent : La murale et les vidéos Trajectoires pétrolières II ont été donnés à ce groupe qui les rendra disponibles sur demande aux organismes et événements qui désireraient les présenter. Pour information : nonmareenoire@gmail.com

Remerciements

Merci à Arte Tracto, le Parc national du Bic, l’UQARAdmare, Nathalie Roy, Yvan Simard, Nicolas Falcimaigne, Nicolas Longpré, Coyote et von Karman pour leur contribution.

L’interprétation artistique des données scientifiques n’engage que les auteurs Papillon-Bourgault.

 

5 réflexions sur “Trajectoires pétrolières

  1. Un oeuvre brillant et perturbant. L’art parle directement à l’âme, autant plus quand il a non seulement l’authenticité mais la rigueur scientifique qui l’appui. Merci beaucoup pour votre oeuvre, Daniel et Marianne.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s